jeudi 25 octobre 2007

Exutoire...

16h30, j'appelle mes prochains patients: Des parents et leur gamine de 13 ans.
Je les fait entrer dans mon bureau et les invite à s'asseoir:

_Bonjour mesdames monsieur.
_Bonjour docteur. Bien que cela me fasse mal d'avoir recours aux services d'une femme (j'vois pas comment on peut les laisser étudier la médecine), nous avons besoin de vous pour la petite, je ne peux pas laisser un homme s'approcher de ma fille.
_...hem...

Ok, toi déjà t'es un con. Faisons comme si de rien n'était...
Je me retourne alors vers la gamine:

_Dis moi ce qu'il t'arrive ^^
_Elle n'est pas malade, fait le père. C'est juste que ma fille devient une adolescente et...
_C'est pour une prescription de la pillule ?

Tout le monde se regarde d'un air choqué. J'ai peut être parlé un peu trop vite.

_Non, nous n'adhérons pas à ce genre de choses... Mais en vue d'un bon mariage, nous devons faire exciser notre fille.
_Pardon ?!

Non, j'ai du mal entendre, ça peut pas encore exister ces choses là...
La mère me regarde dans les yeux, d'un air plutôt sévère:

_Une excision, pour notre fille. Nous sommes musulmans, et il faut qu'elle trouve un bon mari.
_Votre fille est musulmane elle aussi ?
_Evidement !
_Et elle est d'accord pour ça ?

Malgré les affirmations des parents, je constate sans étonnement que l'adolescente ne dit rien, se contentant de jouer nerveusement avec ses doigts.

_Est-ce que vous savez que l'excision est une pratique barbare et illégale ?
_S'il vous plait, nous ne savons pas vers qui nous tourner pour le faire. Le faire chez soi est très risqué...
_Et inhumain, sans anesthésie...

Même avec anesthésie c'est inhumain de toute manière. J'ai du mal à garder mon calme... Pourtant, ces parents se préoccupent un peu de leur fille, vu qu'ils trouvent plus judicieux de faire faire ça par un médecin que chez eux...
Et maintenant j'ai un problème de conscience...
En effet, si aucun médecin ne pratique l'excision, il y a fort à parier qu'ils vont la faire eux même... et que ça va finir en sang, souffrances, pleurs, infections, maladies, mort...
Je regarde la jeune fille, toujours muette, totalement soumise à ses parents.
Si je pratique cet acte, non seulement ce serait de la barbarie, mais je risque la prison.
Frustration.

_Je ne comprends pas pourquoi vous voulez faire ça. Votre fille va souffrir, elle ne pourra JAMAIS connaître de plaisir, elle souffrira même pendant ses rapports... ET VOUS CAUTIONNEZ CA MADAME ?!!!

Voila je pête un plomb. M'étant relevée brusquement de ma chaise, je fixe la mère d'un regard noir. Comment pouvait elle laisser sa fille subir la même chose qu'elle, probablement.

_Calmez vous docteur. C'est pour le bien de notre fille, et c'est nos coutumes. Ainsi, elle pourra avoir un mari et des enfants...
_Et sans excision elle pourrait pas ?
_Si elle trompait son mari, ce serait le déshonneur pour notre famille.
_Ah je vois... vous voulez mutiler votre propre fille pour que, n'ayant pas de plaisir, elle ne soit pas tentée par l'adultère ?...

Les parents retrouvent le sourire, pensant que moi je retrouve le "bon sens", à cause de mon ton à nouveau posé.
Je fais donc sortir les parents de mon cabinet, prétextant un examen pré-opératoire de leur fille.
Une fois la porte fermé -à clef-, je me retourne vers elle, prenant un air bienveillant:

_Et toi, tu en penses quoi ?
_Euh... rien...
_Tu sais ce que c'est que l'excision ? Le clitoris ?
_L'excision oui, le clitoris pas vraiment, fait elle gênée. Mais je sais vers où c'est...
_Tu sais que ce genre d'opération est très douloureuse ?
_Il n'y a pas d'anesthésie ?
_Si, mais après l'opération, lorsque voudras t'assoir, tu auras très mal... Ta mère t'as expliqué ?
_Non, on ne parle pas de ça.
_Tu veux faire cette opération ?
_Je ne veux pas décevoir mes parents et mon mari.
_Oublie les quelques instants, en plus tu es trop jeune pour penser au mariage. Ne pense qu'a toi: tu veux faire cette opération ?
_Non...

Elle lève enfin ses yeux vers moi, avec une lueur d'espoir dans le regard, sans pourtant que son expression anxieuse disparaisse. Je lui souris.
J'ai une idée.

Après avoir parlé quelques minutes encore avec l'adolescente, je fais entrer les parents, et leur explique qu'il n'y aura pas d'opération. Indignés, ils veulent partir, sans même payer la consultation.
Je les arrête, leur disant que leur fille devra venir me voir régulièrement et gratuitement pour que je vérifie qu'elle soit toujours "intacte", afin qu'ils n'aient pas besoin d'avoir recours à ce genre de barbarie. Le père ne veut pas en entendre un mot.

_Alors je veux qu'elle vienne me voir, pour que je sois sure que vous ne l'avez pas excisée, sinon j'appelle les filcs !!!
_Ma fille ne viendra pas ! Et la police ne viendra pas sous prétexte qu'elle ne va pas à vos consultations !
_Si les flics ne viennent pas, je m'occuperai personnellement de vous...
_C'est une menace de mort ?
_Vous vous êtes déjà demandé quel effet faisait l'excision ?...

Le sourire en coin et le ton que je prends n'ont pas l'air de le rassurer. Il devient pâle, se demandant ce que je pouvais bien lui faire... puis il part prestement avec le reste de sa famille.
J'espère avoir fait effet. Pauvre gamine...

Trois jours plus tard.

Une adolescente fait irruption dans mon cabinet, en sanglots, alors que j'étais en consultation. C'était la fille musulmane d'il y a quelques jours.
Poliment, je fais sortir mon patient qui ne fait pas d'histoire, comprenant que la situation était grave, puis je m'approche de la gamine, paniquée

_Tes parents ont... ?
_Ils ont essayé ! Ils ont essayé ! J'ai eu peur du couteau ! Je me suis enfuie !!! J'ai mal...

Mal ? Je me recule pour la regarder de pied en cap, et je constate que du sang coule de sous sa jupe.
Je lui demande de s'installer sur la table, inquiète, et, avec le consentement de ma patiente, je soulève la jupe, pour constater avec frayeur qu'une énorme entaille longue l'intérieur de sa cuisse gauche. Beaucoup de sang coule. Comment a t-elle pu marcher jusqu'ici ?
Sans me poser plus de questions, je lui fais les soins d'urgence et j'appelle une ambulance.
Epuisée par son expérience et son hémorragie, la gamine perd connaissance.
Les ambulanciers arrivent et l'embarquent pour l'hopital le plus proche.
Quand à moi, je prends un scalpel et je cherche sur l'annuaire l'adresse de mon prochain patient...

3 commentaires:

Panoramix a dit…

T'aimerais bien faire ça hein?

L'excision c'est vraiment infâme (infemme... jeu de mot...) et en contradiction avec toute idée religieuse et toute logique humaine.

Y'a des gens super bizarres dans ce monde.

Elyon a dit…

Ah oui, j'aimerai bien... ^^

Mais moi j'attendrai pas que les parents emmènent la gamine chez eux, ça leur laisse le temps d'essayer.
J'préfère faire passer le type sur le billard avant, histoire qu'il comprenne ce qu'il veut imposer à sa fille... (par contre je sais pas ce que j'peux faire à la mère... une idée ?)

Y a surtout des gens super cons et super égoïstes. Car l'excision c'est pour pas que les femmes trompent leur mari, et c'est aussi coudre en partie pour resserrer le passage... comme ça le mec trouve ça plus agréable, et la fille souffre a mort. C'est tous des SM.

Panoramix a dit…

Et tout ça sans anésthésie... Beurk.

Egoïste est bien le mot, car une des règles les plus importantes de l'amour (aussi bien au lit qu'en général), c'est tout de même de faire plaisir à l'autre...